L’initiative humanitaire sur le devant de la scène lors de l’Assemblée générale des Nations Unies

26/10/2014

Il a fallu cinq bonnes minutes à l’Ambassadeur de Nouvelle-Zélande pour le désarmement, Dell Higgie, pour lire la liste des 155 co-sponsors de la Déclaration conjointe sur l’impact humanitaire des armes nucléaires. Le soutien massif à cette déclaration démontre concrètement que l’élan en faveur de l’initiative humanitaire se renforce depuis la deuxième Conférence internationale sur l’impact humanitaire des armes nucléaires qui s’est tenue au Mexique à Nayarit. En effet, les États non dotés d’armes nucléaires commencent à parler ouvertement et avec confiance des prochaines étapes.

La Déclaration conjointe de la Nouvelle-Zélande est la dernière et la plus déterminée d’une série de déclarations prononcées lors des réunions du TNP, de l’Assemblée générale de l’ONU et lors des deux Conférences multilatérales, en Norvège et au Mexique, qui visaient à mettre en évidence l’impact humanitaire des armes nucléaires. La Déclaration de la Nouvelle-Zélande fait suite à celle qu’elle a délivrée à la Première Commission de l’année dernière et qui avait recueilli le soutien de 125 États. Les 30 pays supplémentaires qui s’y sont adjoints, démontrent que se consolide le soutien en Amérique latine et dans les Caraïbes avec 100% de pays signataires ainsi que 53 des 54 États africains. Parmi les nouveaux partisans notables en Europe figure la Suède, qui semble sur le point de reprendre son rôle de champion dans ce domaine, après avoir prononcé un discours particulièrement fort au cours du débat général de la semaine dernière.

Ces déclarations conjointes, les Conférences de Norvège et du Mexique ainsi que le recadrage général du discours sont désormais connus comme “l’Initiative humanitaire.” Avec la troisième Conférence de la série qui sera accueillie par l’Autriche à Vienne les 8-9 Décembre 2014, la question que beaucoup se posent maintenant est : “Où cela peut-il mener ?” Est-ce le début d’un processus qui mènera à des négociations sur un traité d’interdiction des armes nucléaires ? Une chose est sûre, l’initiative humanitaire et l’idée d’une interdiction des armes nucléaires font désormais partie du débat multilatéral sur les armes nucléaires et le désarmement nucléaire apparaît comme une question à laquelle tous les États ont la responsabilité de participer, tant à son élaboration qu’à sa mise en œuvre. Un refrain souvent entendu est que l’initiative humanitaire est “l’initiative la plus intéressante en matière de désarmement nucléaire depuis des années.”

Le sentiment de frustration à propos du manque de progrès du désarmement visant les États dotés d’armes nucléaires n’est plus exprimé dans les forums comme une simple critique en coulisse. Les États non dotés d’armes nucléaires sont en train de reprendre l’initiative et d’écrire une nouvelle histoire. L’agitation des États du soi-disant «parapluie nucléaire» et le ton de plus en plus défensif des États dotés d’armes nucléaires ne servent qu’à mettre en lumière la force des arguments de l’initiative humanitaire et de là où elle peut nous mener. Les États et les organisations de la société civile qui sont réellement attachés au désarmement nucléaire et voient une interdiction légale des armes nucléaires comme ayant un potentiel réel pour nous rapprocher de l’objectif de l’élimination des armes nucléaires, devraient être encouragés par les paroles de l’Ambassadeur Anthony Andanje du Kenya :

“Le fait qu’il y ait un soutien massif des gouvernements, des ONG et des groupes de la société civile aux Conférences sur les conséquences humanitaires démontre l’opposition grandissante à la menace constante que posent les armes nucléaires. Les gens commencent à se lever. Très vite, ils vont dire “assez”. Tout citoyen de la communauté internationale a le droit et le devoir de s’opposer à l’existence des armes nucléaires. Naturellement, la question de l’interdiction des armes nucléaires est la prochaine étape logique. Cela ne devrait pas provoquer d’anxiété“.



  • sheen

    “Si Gandhi et Martin Luther King Jr étaient encore vivant aujourd’hui, ils participeraient à ICAN.”

    Martin Sheen Acteur et militant

  • bankimoon

    “Je félicite ICAN de travailler avec tant d’ardeur et de créativité.”

    Ban Ki-moon Secrétaire général de l'ONU

  • yokoono

    “Nous pouvons le faire ensemble. Avec votre aide, notre voix se fera entendre encore plus fort. Imaginons la paix.”

    Yoko Ono Artiste

  • jodywilliams

    “Les gouvernements disent qu’une interdiction des armes nucléaires est peu probable. Ne les croyez pas. Ils ont dit la même chose sur le traité d’interdiction des mines.”

    Jody Williams Prix Nobel

  • desmondtutu

    “Avec votre soutien, nous pouvons porter ICAN jusqu’au bout – jusqu’à ce qu’il y ait zéro arme nucléaire.”

    Desmond Tutu Prix Nobel

  • herbiehancock

    “Parce que je ne peux pas supporter ces armes épouvantables, je soutiens totalement ICAN.”

    Herbie Hancock Musicien de jazz

  • hansblix

    “Je suis fier de soutenir la Campagne Internationale pour l’Abolition des Armes Nucléaires.”

    Hans Blix Inspecteur de l'ONU

  • dalailama

    “Je peux imaginer un monde sans armes nucléaires et je soutiens ICAN.”

    Dalai Lama Prix Nobel