Le soutien ghanéen à l’interdiction des armes nucléaires grandit

10/10/2014

En août, la Fondation pour la sécurité et le développement en Afrique (FOSDA) et la Commission de l’énergie atomique du Ghana, en association avec ICAN, ont tenu une table ronde à Accra, au Ghana. Cette rencontre, qui a rassemblé experts et société civile, avait pour but de planifier une action future, d’éduquer le public et d’utiliser cet élan pour inciter le gouvernement à soutenir l’interdiction des armes nucléaires.

La table ronde a accueilli l’honorable Fritz Baffour, président du Comité spécial parlementaire pour la défense et l’intérieur, ainsi que des représentants d’organismes et de fonctions clés parmi lesquels l’Organisation nationale de prévention des catastrophes naturelles (NADMO), le Conseil national pour la paix (NPC), le Chef d’état-major de la défense, la Fondation des médias pour l’Afrique de l’Ouest (MFWA), AFRICSIS, le Comité national contre la prolifération des armes légères et la Croix rouge du Ghana. Plusieurs organes de presse étaient également présents afin de rendre compte du déroulement de la réunion.

Les participants se sont intéressés au rôle de l’initiative humanitaire, que ce soit pour recadrer le débat sur les armes nucléaires ou informer le public du risque réel d’explosion. Bien qu’il s’agisse d’un problème global, plusieurs intervenants ont mis l’accent sur l’importance du Ghana en tant qu’acteur régional et international dans la promotion d’une interdiction des armes nucléaires. Cephas Yaw-ka Nachim, responsable politique et plaidoyer de FOSDA, a souligné que, en tant que président actuel de la Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), le Ghana a l’opportunité de s’engager de manière significative. « Le Ghana peut et doit tirer avantage de sa position pour encourager d’autres États membres de la CEDEAO à soutenir l’interdiction des armes nucléaires, » a-t-il déclaré. Baffour, du Comité spécial parlementaire pour la défense et l’intérieur, a rappelé que le Ghana a toujours soutenu avec ardeur d’autres initiatives de désarmement, une histoire qui ouvre la voie à une interdiction des armes nucléaires sous la direction du Ghana.

Baffour a confirmé la présence du Ghana à la Conférence de Vienne sur l’impact humanitaire des armes nucléaires qui aura lieu en décembre 2014. Dans la perspective de cet évènement, Nachim a souligné que la route du succès doit passer par une approche collaborative. « L’interdiction des armes nucléaires ne peut se faire sans la participation de la société civile ; quand les États refusent d’agir par eux-mêmes, la société civile doit se faire entendre et pousser le gouvernement à passer à l’acte, » a-t-il affirmé. « Un processus ouvert est nécessaire à l’élimination des armes nucléaires, et doit inclure la société civile. »

Traduit de l’anglais par Iris Giusti.



  • sheen

    “Si Gandhi et Martin Luther King Jr étaient encore vivant aujourd’hui, ils participeraient à ICAN.”

    Martin Sheen Acteur et militant

  • bankimoon

    “Je félicite ICAN de travailler avec tant d’ardeur et de créativité.”

    Ban Ki-moon Secrétaire général de l'ONU

  • yokoono

    “Nous pouvons le faire ensemble. Avec votre aide, notre voix se fera entendre encore plus fort. Imaginons la paix.”

    Yoko Ono Artiste

  • jodywilliams

    “Les gouvernements disent qu’une interdiction des armes nucléaires est peu probable. Ne les croyez pas. Ils ont dit la même chose sur le traité d’interdiction des mines.”

    Jody Williams Prix Nobel

  • desmondtutu

    “Avec votre soutien, nous pouvons porter ICAN jusqu’au bout – jusqu’à ce qu’il y ait zéro arme nucléaire.”

    Desmond Tutu Prix Nobel

  • herbiehancock

    “Parce que je ne peux pas supporter ces armes épouvantables, je soutiens totalement ICAN.”

    Herbie Hancock Musicien de jazz

  • hansblix

    “Je suis fier de soutenir la Campagne Internationale pour l’Abolition des Armes Nucléaires.”

    Hans Blix Inspecteur de l'ONU

  • dalailama

    “Je peux imaginer un monde sans armes nucléaires et je soutiens ICAN.”

    Dalai Lama Prix Nobel