Un processus en cours

11/03/2015

Par Beatrice Fihn, Directrice Exécutive d’ICAN

Où nous en étions

Il y a deux ans, la première conférence sur l’impact humanitaire des armes nucléaires s’est achevée à Oslo. Il s’est passé tant de choses depuis que l’on dirait parfois que c’était il y a plus de dix ans.

Je me souviens à quel point nous étions nerveux pendant les mois qui ont précédé la conférence. Nous avions de grands espoirs mais aussi des doutes. Aurions-nous la participation ne serait-ce que d’un seul gouvernement ? L’aspect humanitaire serait-il au centre des débats ou allait-ce être la « routine habituelle » ? Et bien sûr, allait-ce être une conférence unique ? Ou cela serait-il le début d’un processus ?

Je considère encore aujourd’hui le jour où le Mexique a annoncé sa décision d’accueillir une conférence de suivi comme un des moments les plus mémorables d’ICAN. En écoutant l’ambassadeur mexicain lire sa déclaration, j’ai été convaincue qu’une interdiction des armes nucléaires était possible. Qu’ICAN pouvait le faire et pouvait lancer les négociations.

Depuis ce jour, la machine de campagne d’ICAN s’est mise en marche à toute vapeur. Et nous avons convaincu de plus en plus de gens qu’une interdiction des armes nucléaires était possible. Nous avons grandi jusqu’à inclure plus de 400 organisations dans notre campagne, représentée dans 95 pays. Nous travaillons à des niveaux nationaux, régionaux et internationaux. Depuis les murs des Nations Unies jusqu’aux Parlements nationaux et aux rues du monde entier, nos militants et nos organisations partenaires augmentent la pression sur leurs gouvernements chaque jour.

Ces dernières années ont été intenses, mais nos organisations partenaires et nos militants ont accompli tant de choses. En réalisant une chronologie de ces développements politiques, nous voulions vous les rappeler et tous vous remercier pour le travail extraordinaire réalisé par ICAN. Cela ne permet pas de mesurer ne serait-ce qu’un peu l’ampleur du travail mené mais cela tente de mettre en avant certains des résultats de nos efforts.

Où allons-nous maintenant ?

Une interdiction des armes nucléaires est à notre portée. Après que trois conférences ont examiné l’impact humanitaire des armes nucléaires, le gouvernement autrichien s’est engagé à combler le vide juridique relatif à l’interdiction et à l’élimination des armes nucléaires.
Mais qu’est-ce que cela signifie et quelles sont les étapes suivantes ?

Je pense que nous devons regarder l’Engagement autrichien à la lumière du résumé du Président de la conférence de Vienne. Parmi de nombreuses conclusions importantes, le résumé fait remarquer que les débats sur les conséquences humanitaires ont reconnu qu’ « il n’y a pas de norme légale exhaustive qui interdirait au niveau international la possession, le transfert, la production et l’utilisation des armes nucléaires ». Il y a un vide juridique.

Avec son Engagement, l’Autriche a fait un pas de plus et s’est engagée à « prendre des mesures efficaces pour combler le vide juridique pour l’interdiction et l’élimination des armes nucléaires ». Dans un court laps de temps, plus de 45 États ont rejoint l’Autriche en s’engageant à combler ce vide juridique.

Cet engagement de prendre des mesures efficaces pour combler le vide juridique ne signifie pas forcément que tous ces États soutiennent une interdiction des armes nucléaires. Mais il semble raisonnable de s’attendre à ce qu’ils s’accordent tous sur le fait qu’un vide juridique doit être comblé avec une nouvelle loi. Et donc, du point de vue d’ICAN, tous les États qui se sont engagés à combler ce vide juridique s’engagent à travailler à un nouvel instrument juridiquement contraignant pour l’interdiction et l’élimination des armes nucléaires.

Ce pourrait être un traité d’interdiction des armes nucléaires, qui répondrait au manque de « norme légale exhaustive qui interdirait au niveau international la possession, le transfert, la production et l’utilisation des armes nucléaires », comme indiqué dans le résumé du Président de la conférence de Vienne. Mais cela pourrait également prendre une forme différente. L’Engagement ne précise pas quel genre d’instrument est nécessaire pour interdire et éliminer les armes nucléaires et la Coalition pour un nouvel ordre du jour (NAC) a brossé un tableau de quelques-unes des options possibles dans un document de travail présenté au TNP de l’année dernière.

Donc, même si un engagement de combler le vide légal n’engage pas les États à négocier un traité d’interdiction des armes nucléaires, il les engage bel et bien à commencer à travailler à un instrument juridiquement contraignant. Une fois qu’un État s’est engagé à combler un vide juridique, l’étape suivante doit être de décider où, quand et comment mener ces négociations.

Cette année marque le 70e anniversaire des bombardements de Hiroshima et Nagasaki. Comme l’avait suggéré le résumé du Président de la conférence de Nayarit, ce serait un moment adéquat pour commencer des négociations pour un nouvel instrument juridiquement contraignant. ICAN appuie fermement ce point de vue.

Il est maintenant temps pour vous de pousser votre gouvernement à rejoindre cet engagement de combler le vide légal. Si ce n’est pas déjà fait, allez jeter un œil à nos Appels à l’Action ou envoyez un e-mail à votre ministre des affaires étrangères pour faire embarquer votre pays à bord des négociations pour un nouvel instrument juridiquement contraignant.

Nous avons l’opportunité de faire de 2015 l’année qui verra les négociations sur une interdiction des armes nucléaires devenir une réalité. Saisissons-la.

Merci à M.P. et ICAN Suisse pour la traduction.



  • sheen

    “Si Gandhi et Martin Luther King Jr étaient encore vivant aujourd’hui, ils participeraient à ICAN.”

    Martin Sheen Acteur et militant

  • bankimoon

    “Je félicite ICAN de travailler avec tant d’ardeur et de créativité.”

    Ban Ki-moon Secrétaire général de l'ONU

  • yokoono

    “Nous pouvons le faire ensemble. Avec votre aide, notre voix se fera entendre encore plus fort. Imaginons la paix.”

    Yoko Ono Artiste

  • jodywilliams

    “Les gouvernements disent qu’une interdiction des armes nucléaires est peu probable. Ne les croyez pas. Ils ont dit la même chose sur le traité d’interdiction des mines.”

    Jody Williams Prix Nobel

  • desmondtutu

    “Avec votre soutien, nous pouvons porter ICAN jusqu’au bout – jusqu’à ce qu’il y ait zéro arme nucléaire.”

    Desmond Tutu Prix Nobel

  • herbiehancock

    “Parce que je ne peux pas supporter ces armes épouvantables, je soutiens totalement ICAN.”

    Herbie Hancock Musicien de jazz

  • hansblix

    “Je suis fier de soutenir la Campagne Internationale pour l’Abolition des Armes Nucléaires.”

    Hans Blix Inspecteur de l'ONU

  • dalailama

    “Je peux imaginer un monde sans armes nucléaires et je soutiens ICAN.”

    Dalai Lama Prix Nobel